Quel plan de relance pour l’immobilier neuf ?

Partager l’article

Suite à la présentation du plan de relance le 3 septembre 2020, les promoteurs immobiliers et les professionnels du secteur du bâtiment ont affiché une relative déception face à l’absence de mesures fortes pour l’immobilier neuf. Quelques  mesures récentes prises par la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, montrent qu’ils ont été entendus et viennent les rassurer sur l’avenir de leur secteur d’activité.

 

Le difficile redémarrage de la construction neuve

Les promoteurs immobiliers ont observé, suite à la crise sanitaire de la Covid-19, un fort ralentissement de leur activité. Les chantiers ont été à l’arrêt pendant plusieurs mois et leur redémarrage a été rendu complexe avec la mise en place de lourds protocoles sanitaires. De plus, le confinement a retardé la délivrance de nombreux permis de construire mettant à mal la réalisation de certaines opérations immobilières neuves. Les professionnels de l’immobilier neuf craignent de devoir se séparer d’une partie de leurs salariés pour faire face aux pertes de chiffres d’affaires enregistrés durant ces derniers mois. Dans un communiqué de presse rendu le 3 septembre 2020 (1) faisant suite à la communication par le Gouvernement des mesures du plan de relance, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a dressé un constat alarmant :
– Une perte de 50 % des mises sur le marché de logements au premier semestre 2020, comparativement à l’année précédente ;
– Une baisse attendue du nombre de permis de construire délivrés, de l’ordre de 100 000 à la fin 2020, soit un quart de la production annuelle.
La fédération française du bâtiment (FFB), dans une note de conjoncture du 9 septembre 2020 (2) , pointait également le décrochage de la construction neuve.

 

Les mesures du plan de relance en faveur de la construction neuve

Lors de l’annonce du plan de relance pour le pays le 3 septembre, les professionnels de l’immobilier neuf ont indiqué en attendre davantage pour donner un nouvel élan à la construction neuve. En effet, l’une des mesures emblématiques de ce plan concerne la rénovation énergétique de l’immobilier ancien. Cependant ils escomptaient des prises de décision fortes sur le neuf. La FFB en appelait le 9 septembre à un « retour au PTZ à 40 % pour toutes les zones et une prolongation du Pinel au-delà de 2021 ». La FPI s’inscrivait dans une démarche identique.
Il semble que leurs appels ont été suivis d’effets, même si de nombreux détails restent encore incertains. Le ministère du Logement vient ainsi d’annoncer, le 10 septembre, deux mesures phare pour le redémarrage de la construction neuve :
– La prolongation du prêt à taux zéro (PTZ) ;
– Le renouvellement du dispositif de la loi Pinel après le 31 décembre 2021.

Ces décisions devraient être suivies d’une demande d’efforts supplémentaires en matière d’amélioration de performance énergétique des bâtiments dans le cadre de la démarche de transition écologique dans laquelle le Gouvernement s’est engagé. Les promoteurs semblent prêts à accompagner cette démarche environnementale, tout en restant prudents. La Fédération des promoteurs immobiliers craint notamment que les objectifs fixés soient trop ambitieux et retardent la délivrance des permis de construire.

 

Quels sont les effets attendus de ces mesures ?

Si les annonces récentes du Gouvernement se confirment, celles-ci pourraient avoir des effets majeurs sur la santé de l’immobilier neuf en France, à condition que les mesures prises soient bien ciblées. D’après un communiqué de presse de la Fédération des Promoteurs Immobiliers en date du 11 septembre 2020 (3) , le renouvellement du dispositif de la loi Pinel doit plus que jamais encourager l’accès à un logement abordable à l’heure où les ménages risquent d’être davantage touchés par le chômage et où les conditions de crédit immobilier se resserrent de jour en jour.
Selon le même organisme, la prolongation de la loi Pinel associée à celle du prêt à taux zéro va permettre aux promoteurs immobiliers de planifier les commercialisations de programmes en 2021 et 2022. Dès lors, alors qu’ils enregistrent une baisse notable des commercialisations sur 2020, ils vont pouvoir se lancer dans la réalisation de programmes futurs susceptibles de générer, à terme, de nouvelles recettes. Les acteurs de l’immobilier neuf restent donc en attente d’éclaircissements sur les
annonces faites par le ministère du Logement. Celles-ci devraient intervenir dans les prochaines semaines et rassurer tout un secteur. De plus, ces mesures sont essentielles pour apporter des solutions durables au mal-logement.

Sources :
1 https://fpifrance.fr/presse/le-logement-neuf-angle-mort-du-plan-de-relance
2 https://www.ffbatiment.fr/federation-francaise-du-batiment/laffb/actualites/1-conjoncture-a-debut-septembre-2020.html
3 https://fpifrance.fr/presse/aides-aux-acquereurs-de-logements-neufs-letat-pris-conscience-de-linsuffisance-du-plan-de

Ces articles peuvent vous intéresser

Choisissez votre activité :

Immobilier
Ancien
Immobilier
Luxe
Immobilier
Entreprise
Immobilier
Neuf
Immobilier
Construction