Comment obtenir sa carte professionnelle d’agent immobilier après la Covid-19 ?

 

Les personnes souhaitant exercer une activité immobilière doivent être titulaires d’une carte professionnelle. Il s’agit essentiellement des agents immobiliers, syndics de copropriété et des administrateurs de biens. Pour l’obtenir, il faut remplir certaines conditions de diplôme, d’expérience, de moralité et de garantie financière. La carte devant être renouvelée tous les trois ans, la crise sanitaire de la Covid-19 a pu retarder les délais d’obtention ou de renouvellement.

 

Les cas où la carte professionnelle d’agent immobilier est obligatoire

Cette carte, mise en place en 2015, est délivrée par la Chambre de commerce et d’industrie. Elle est valable trois ans. Elle est obligatoire pour exercer toute activité relevant de la loi Hoguet du 2 janvier 1970 (1). Il s’agit notamment des transactions immobilières (achat, vente, échange, location, sous-location…) pour des immeubles ou des terrains, en nu ou meublé. 

Elle concerne aussi la gestion immobilière ou les syndicats de copropriété, ainsi que l’achat et la vente de parts sociales dans des sociétés civiles immobilières. Les « marchands de listes » vendant des fichiers de biens à louer ou à vendre doivent aussi être titulaires de cette carte.

⇒ Bon à savoir : Les sanctions en cas d’absence de carte
Se prétendre agent immobilier sans être en possession de la carte professionnelle est passible d’une amende de 7 500 € et d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 6 mois. La carte doit mentionner expressément l’activité pour laquelle elle est délivrée.

Pour pouvoir recevoir sa carte, l’agent immobilier doit remplir plusieurs conditions d’aptitude professionnelle, de moralité, financières et juridiques.

 

L’aptitude professionnelle pour obtenir la carte d’agent immobilier

L’agent immobilier doit justifier de compétences professionnelles relatives à l’exercice de cette profession. Ces compétences sont reconnues soit :

– par un diplôme de niveau bac + 2 dans le domaine de l’immobilier ;
– par un diplôme de niveau bac + 3 sanctionnant des études juridiques, économiques ou commerciales ;
– par une expérience professionnelle d’au moins 3 ans à temps complet dans une agence immobilière et un diplôme de niveau bac ou équivalent.

Ces conditions sont validées par la CCI au vu du formulaire Cerfa de demande de carte professionnelle et des justificatifs fournis par le demandeur. 

 

Les conditions morales, juridiques et financières pour être agent immobilier

Pour obtenir la carte d’agent immobilier, vous devez, de plus, produire un bulletin n° 2 du casier judiciaire notifiant l’absence d’incapacité ou d’interdiction d’exercer ce métier. Vous devez, en outre, souscrire une garantie financière auprès d’une banque, d’une compagnie d’assurances, d’un organisme de crédit ou d’une organisation professionnelle. Cette garantie couvre les fonds que vous détenez au titre de vos clients.

Enfin, vous devez être immatriculé au Registre du commerce et des sociétés (RCS) en tant qu’agent immobilier depuis moins d’un mois et posséder une attestation d’assurance responsabilité civile professionnelle.

 

La demande ou le renouvellement de carte d’agent immobilier après la Covid-19

La carte professionnelle d’agent immobilier doit être demandée auprès de la Chambre de commerce et d’industrie du lieu d’exercice. La carte est valable trois ans. 

Le renouvellement doit être demandé au moins deux mois avant l’expiration de la carte, auprès de la CCI également. Pour la renouveler, vous devez au préalable suivre une formation de 14 heures par an ou de 42 heures sur les 3 ans.

⇒ Bon à savoir : Le contenu de la formation continue
La formation continue concerne tous les domaines de l’immobilier : droit, économie, construction, normes de sécurité des bâtiments, urbanisme… Depuis le 1er janvier 2021, la formation inclut 4 heures de déontologie dont 2 heures sur la non-discrimination à l’accès au logement.

Du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19, des mesures exceptionnelles de report des délais ont été mises en place par l’ordonnance du 25 mars 2020 (2). Les cartes professionnelles arrivant à échéance entre le 12 mars et le 24 juin 2020 ont été prorogées de deux mois, soit jusqu’au 24 août 2020. Au-delà de ces délais, les renouvellements et demandes de cartes ont repris de manière normale.

L’obtention de la carte professionnelle d’agent immobilier est indispensable pour commencer à exercer. Garantie juridique, elle atteste aussi de vos compétences et de votre sérieux vis-à-vis des acheteurs et vendeurs de biens immobiliers.

 

(1) https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGITEXT000006068387
(2) https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041755644

La crise Covid-19 va-t-elle avoir un impact sur la promotion immobilière en 2021 ?

Après une quasi-année blanche en 2020, les promoteurs immobiliers auraient pu envisager le pire pour 2021. Même si les résultats du dernier trimestre sont en retrait de 15 à 30 % en moyenne (1), la plupart des grands groupes de promotion immobilière s’en sortent bien. Le marché a plutôt bien résisté à la crise et permet aux professionnels d’être relativement optimistes pour 2021.

Le neuf à la peine, mais pas seulement à cause de la crise

Les grands groupes de promotion immobilière ont publié leurs résultats 2020 en fin d’année dernière et, pour la plupart, l’exercice n’a pas été si mauvais que prévu. La raison ? Le basculement de nombreuses ventes vers des investisseurs institutionnels et notamment des organismes publics d’accession comme CDC Habitat. Chez Altarea, cela représente 60 % des ventes. Le leader du secteur reste Nexity avec 16 % des parts de marché et un chiffre d’affaires de 4,7 milliards d’euros.

Malgré une baisse de 3 % des transactions en volume à la fin septembre 2020, le groupe enregistre une augmentation de 4 % en valeur. Globalement, le promoteur a enregistré 21 000 réservations de logements, soit presque autant qu’en 2019 (1). En revanche, le groupe Eiffage observe en 2020 une baisse plus significative de son chiffre d’affaires annuel avec 18,7 % de moins par rapport à 2019.

Le marché de la construction neuve a été durement touché avec une baisse de 31,8 % des ventes sur le premier semestre 2020. Mais l’activité était déjà fortement freinée avant la crise, notamment du fait des élections municipales. Pierre Bibet, délégué général de la Fédération des promoteurs immobiliers d’Île-de-France estime que le marché de la promotion immobilière recule de 25 % en moyenne lors des années d’élections municipales (2). En 2020, le laps de temps entre les deux tours a encore aggravé le phénomène, jusqu’à provoquer une chute de la production des promoteurs de 54 %.

Par ailleurs, le nombre de permis de construire accordés recule depuis 2017 (-9,6 % entre 2017 et 2019). En 2020, du fait de la crise sanitaire, les autorisations ont baissé de 12,2 % et les mises en chantier de 5,2 %. Ainsi, on a construit 53 700 logements de moins qu’en 2019, et ce sont les collectifs qui sont les plus touchés avec -17 % de baisse (3). La baisse pourrait encore être d’environ 40 000 logements en 2021. Michel Mouillart, professeur d’économie, estime que « La France va construire en 2021 moins de logements qu’en 1951, si on tient compte de l’évolution du nombre de ménages à loger. » (4)

 

Des promoteurs malgré tout optimistes pour 2021

Cependant, les professionnels observent une belle résilience du marché immobilier dans son ensemble. La pierre est toujours une valeur refuge pour les investisseurs comme pour les particuliers, car il s’agit d’un investissement sécurisé et rentable. Par ailleurs, les conditions d’emprunts restent très favorables à l’achat, avec un taux moyen de 1,05 % sur 15 ans et de 1,25 % sur 20 ans en 2020 (4).

Près d’un quart des acquéreurs choisissent le neuf et la majorité opte pour la maison individuelle (5). Cela laisse présager des perspectives intéressantes pour 2021, surtout si les promoteurs immobiliers tiennent compte des nouvelles attentes des Français. Celles-ci ont légèrement évolué à la suite des confinements successifs :

– La maison individuelle est encore plus recherchée qu’avant (46 % des recherches sur seloger.com après le confinement et 58 % sur logic-immo.fr, alors qu’on avoisinait respectivement 42 % et 56 % avant) ;

– La présence d’un extérieur (jardin, terrasse, balcon) est devenue un critère essentiel pour 26 % des acheteurs potentiels ;

La généralisation du télétravail a fait augmenter les recherches de logements plus grands (100 m² au moins) permettant d’avoir une pièce pour travailler. (5)

Par ailleurs, le Gouvernement a signé avec plusieurs organisations professionnelles (7) un pacte pour la relance de la construction durable. Cette charte vise à rattraper le retard de la production de logements et limiter la baisse des mises en chantier en 2021. Pour cela, le pacte simplifie les procédures d’urbanisme afin de les accélérer, en passant par la dématérialisation obligatoire au 1er janvier 2022.

Les projets de constructions durables sont aussi favorisés et répondent aux attentes des Français qui souhaitent des aménagements et des logements plus respectueux de l’environnement. Ainsi, des terrains pourront bénéficier de décote dans les zones les plus tendues afin de trouver plus facilement acquéreur. Ces mesures s’ajoutent à celles déjà identifiées par le plan de relance global, notamment les 350 millions d’euros pour l’utilisation du foncier urbanisé et les 300 millions d’euros pour le recyclage des friches et des terrains artificialisés (8).

Enfin, la prolongation du dispositif de défiscalisation introduit par la loi Pinel va permettre de soutenir l’activité de construction dans le neuf pour 2021 et les années suivantes. Le prêt à taux zéro a, lui aussi, été reconduit et devrait aider des primo-accédants à investir.

La promotion immobilière obéit à des cycles longs, rappelle Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers. Même si 2020 a été mauvaise avec moins de 200 000 logements collectifs autorisés, il existe des motifs d’espoir pour cette année. Les professionnels du neuf et les constructeurs comptent beaucoup sur le pacte pour la relance de la construction durable pour rebondir en 2021.

 


Sources :

https://infos.trouver-un-logement-neuf.com/achat-neuf/actualites/les-promoteurs-face-a-la-crise-8228.html

https://www.batiactu.com/communique/tendances-et-evolution-du-marche-de-l-immobilier-neuf-en-2021-88870.php

https://www.batiweb.com/actualites/immobilier/malgre-un-rebond-la-construction-de-logements-reste-tres-impactee-sur-un-an-2020-11-27-37109

https://www.mysweetimmo.com/2020/09/06/crise-sanitaire-et-immobilier-un-plan-de-relance-pour-rien/

https://www.myexpat.fr/coronavirus-immobilier-impact/

https://edito.selogerneuf.com/actualites/france/perspectives-marche-immobilier-neuf-article-40114.html

Association des maires de France, Assemblée des communautés de France, France Urbaine, Union nationale pour l’habitat, Fédération française du bâtiment, Fédération des promoteurs immobiliers, Pôle habitat FFB, Ordre des architectes et Union nationale des aménageurs.

https://www.batiweb.com/actualites/developpement-durable/construction-un-pacte-pour-soutenir-l-emergence-de-projets-durables-2020-11-16-37045

 

 

[VIDEO] L’après Covid-19, quelles perspectives pour le marché de la construction de maison individuelle ?

Avec SeLoger construire et Logic-Immo Faire Construire, leaders des portails dédiés à la construction, le Groupe SeLoger met à profit sa data et son expertise du marché pour vous partager les premières tendances de recherche et les perspectives du marché, suite à a crise du Covid-19 qui a eu un impact certain sur le secteur. Nous avons partagé cette analyse lors d’un webinar exclusif le 2 juin dernier, que vous pouvez revisionner ici :

Pour retrouver encore plus d’indicateurs et d’info sur l’état du marché et les attentes des français, de plus en plus attirés par les avantages de la maison individuelle, téléchargez notre analyse complète.

Des challenges à relever pour les professionnels de la construction

La crise sanitaire et le confinement qui a suivi, ont durement touché le secteur de la construction, avec jusqu’à 95% des chantiers à l’arrêt. La reprise est progressive et on estime aujourd’hui qu’un grand nombre de chantiers n’ont pas encore repris. Pour relancer l’activité, les constructeurs font face à de nombreuses difficultés : mesures de précautions sanitaires, approvisionnement en matériaux, difficultés financières… La suspension de la délivrance des permis de construire est le facteur le plus important qui déterminera l’impact sur le marché. D’après ces différents éléments, nous estimons une perte comprise entre -13 et -20% de nouvelles constructions en 2020 vs 2019. La reprise du marché à un niveau identique aux années précédentes est attendue au deuxième trimestre 2021.

Des signes très positifs pour la maison individuelle

Malgré ces incertitudes, nous constatons sur nos sites spécialisés un nouvel engouement pour la maison individuelle, qui pourrait tirer son épingle du jeu.

Bonne nouvelle : La confiance et le moral des porteurs de projet est bon ! Ainsi, d’après l’enquête réalisée par SeLoger et son Observatoire du Moral Immobilier (OMI) auprès de plus de 2 500 futurs acheteurs , 70% des Français sont confiants dans l’aboutissement de leur projet immobilier dans les 6 prochains mois, et aucun n’a abandonné son projet dans le neuf1.

L’effet confinement s’est également fait sentir, puisque on observe un bond de 20% des recherches liées à une maison sur les sites du Groupe SeLoger par rapport au mois de mars. Certains critères sont également devenus essentiels, comme l’espace extérieur (+21%), l’accès internet ou encore la présence d’une pièce isolée pour télétravailler.

Ce regain d’intérêt se vérifie également par les très bons scores des sites spécialisés dans la construction du Groupe SeLoger qui ont battu des records d’audience en mai, affichant 1 million de visites par mois, et jusqu’à 35 000* visites par jour sur SeLoger construire.

 

Si vous souhaitez plus d’informations sur nos sites dédiés à la construction de maison individuelle, contactez-nous au 01 60 45 78 95 ou via ce formulaire de contact.

1 SeLoger/OMI/Mai 2020
2  Adobe Analytics, 1 juin 2020

Boost Extend, notre nouvelle solution exclusive pour dynamiser votre activité en cette période de reprise

La crise sanitaire que nous traversons impacte inexorablement l’activité de nombreux secteurs professionnels et économiques. Soucieux de vous accompagner encore plus étroitement, le Groupe SeLoger lance Boost Extend, une solution qui améliore votre visibilité et génère pour vous des contacts qualifiés afin de dynamiser votre activité, en cette période de reprise.

 

Nous savons combien il est important pour vous, professionnels de l’immobilier, de répondre à deux enjeux essentiels : donner un maximum de visibilité à votre agence et à vos biens et mettre efficacement en relation vendeurs et acquéreurs.

Or les mesures de confinement prises par le gouvernement pour freiner l’épidémie de COVID-19 ont stoppé vos actions sur le terrain (agence fermée, visites et prospections physiques suspendues…). C’est pour cela que nous avons conçu pour vous une nouvelle solution, Boost Extend, en vue de vous aider à redynamiser votre activité.

 

Le constat

Notre expertise du marché immobilier nous permis de relever deux données importantes (avant la crise du COVID-19) : d’une part, la durée de vie moyenne d’une annonce est de 83 jours. D’autre part, nombreux sont les internautes prêts à faire des concessions sur leurs critères de recherche.

Une fois ce double constat établi, prouvé, analysé, nous avons mis tout en oeuvre pour répondre de manière rapide et efficace à la double problématique suivante : comment booster au maximum la visibilité de vos annonces pour réduire ce délai moyen de 83 jours ? Comment anticiper les concessions des internautes et élargir l’audience naturelle de vos biens ?

 

C’est à cette double problématique que Boost Extend répond de façon exclusive, puissante et intelligente. Avec cette nouvelle solution, nous avons l’ambition de vous donner les moyens de gérer de manière efficace la reprise économique de votre activité.

 

 

La force de Boost Extend : booster à la fois votre visibilité et votre audience naturelle grâce aux 3 piliers suivants :

>> Propulser vos annonces auprès d’une audience puissante via nos 2 sites leaders 100% immobiliers, SeLoger et Logic-Immo, pour vous permettre de booster leur visibilité en tête de liste auprès de milliers d’internautes (jusqu’à 70% de visibilité supplémentaire !)

>> Bénéficier de la puissance de notre data / intelligence artificielle pour anticiper les concessions des internautes et vous permettre d’élargir l’audience naturelle de vos biens auprès de nouveaux internautes (86% des internautes sont enclins à faire des concessions sur leurs critères de recherche !)

>> Doper votre visibilité : grâce à notre partenariat avec Criteo, leader mondial du reciblage publicitaire, vos annonces sont affichées en bannières publicitaires sur 97% des sites Web français et auprès d’internautes en recherche active


“Boost Extend est le fruit d’une analyse des enjeux prioritaires et immédiats de nos clients, avec à l’appui une expertise  data que seul notre Groupe est capable de leur apporter.
Nos équipes ont redoublé d’énergie pour proposer à nos clients une solution capable de les aider à dynamiser leur activité après la période de confinement.”

Olivier Le Gallo
Directeur Marketing Groupe SeLoger

 

Prêts ? Boostez dès maintenant votre activité !
Découvrez ici comment profiter de l’efficacité Boost Extend

ENTRETIEN EXCLUSIF : J. Denormandie sur l’impact du Covid-19 sur le moral des acheteurs, vendeurs et investisseurs locatifs

Lors d’un entretien accordé à notre journaliste, Julien Denormandie, Ministre Chargé de la Ville et du Logement, auprès de la Ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, revient sur l’impact qu’a provoqué la crise du Covid-19 sur le moral des acheteurs, vendeurs et investisseurs locatifs. 

Premier point abordé lors de cet entretien, les résultats de l’Observatoire du Moral Immobilier d’avril 2020, qui révèle que les Français restent globalement confiants quant à la concrétisation de leur projet immobilier.

Le Ministre analyse ce constat comme le fruit des actions menées par le Gouvernement d’une part, mais également l’innovation et la capacité d’adaptation dont a fait preuve la profession immobilière dans son ensemble, face au contexte de crise sanitaire et de confinement (utilisation d’Internet, recours aux plateformes numériques, dématérialisation des actes notariés).

7 Français sur 10 ont l’intention, d’après notre étude, de mener à bien leur projet immobilier dans les 6 premiers mois. Comment les y aider en maintenant leur confiance ?

Selon J. Denormandie, deux mesures pour y contribuer : le respect le plus strict des gestes barrière dans l’activité immobilière, pour rassurer les porteurs de projet. Le Gouvernement joue également un rôle clé en accompagnant les acteurs du marché immobilier par une prise d’actions ces dernières semaines, qui s’accompagneront d’autres actions à court termes.

Quid de l’inquiétude palpable ressentie par les locataires, face à cette crise et ses impacts ?

L’Etat accompagne les locataires en difficultés, notamment via la plateforme Impayés de Loyers (joignable au 0 805 16 00 75) qui dépend de l’ANIL (Agence Nationale d’Information sur le Logement). Julien Denormandie rappelle également les accord passés avec les bailleurs sociaux ainsi que les collectivités locales.

Les propriétaires nourrissent eux aussi certains inquiétudes

Le Ministre rappelle que la plateforme Impayés de Loyers s’adresse également aux propriétaires en situation difficiles, certains d’entre eux disposant de revenus modestes. Par ailleurs, depuis trois ans, le Ministère a beaucoup œuvré pour renforcer le dispositif Garantie Visale.fr. Cette garantie permet d’assurer le propriétaire non seulement contre les risques de loyers impayés mais aussi contre les éventuelles dégradations dont pourrait faire l’objet leur bien. Cette garantie est gratuite. Elle est également disponible pour tous les propriétaires dès lors que leur locataire a moins de 30 ans. L’idée, c’est vraiment d’accompagner celles et ceux qui en ont le plus besoin et qui sont, en quelque sorte, discriminés sur le marché du logement. Parce que cette garantie permet de sécuriser à la fois le propriétaire et le locataire, Visale.fr est le deuxième réflexe à avoir avec le 0 805 16 00 75.

Le confinement incite les Français à accorder encore plus d’importance à l’aspect territorial de leur investissement. Quelles aides pour ces investisseurs locatifs ?

Comme l’indique J. Denormandie, L’étude menée par SeLoger montre bien que les notions d’usage, de qualité du logement et du cadre de vie sont au centre des préoccupations des Français. La volonté du Ministre face à ce constat est de renforcer les dispositifs qui permettent de réhabiliter les logements et de les rénover tout en revalorisant un certain nombre de territoires, notamment les villes de taille moyenne et les petites villes.  Le dispositif « Denormandie dans l’Ancien » a été conçu pour répondre à cet enjeu. Il permet à tous les investisseurs locatifs de profiter d’une réduction d’impôt, le montant de cette réduction étant identique à celui dont le dispositif Pinel permet de bénéficier, mais aussi d’investir dans des territoires dans lesquels ils croient. Aujourd’hui, plus de 300 villes  y sont éligibles et ce nombre ne cesse d’augmenter.

1 vendeur sur 2 anticipe une baisse du prix de son logement de 5 à 10 % dans les 6 prochains mois

Selon Julien Denormandie, il est encore trop tôt pour mesurer avec précision l’impact de la crise du Covid-19 sur les prix de l’immobilier car le nombre de transactions immobilières est en baisse par rapport aux tendances avant confinement, même si notre étude permet selon le Ministre de disposer de premières perceptions, de premiers indicateurs. Ce qui est certain cependant, c’est que le Gouvernement et des acteurs de l’immobilier, doit avoir pour objectif de soutenir cette activité. Il est essentiel de continuer de produire des logements, de rénover et d’aider les Français à investir dans l’immobilier. Après le confinement viendra le temps de la reprise. L’Etat travaille sur des mesures de soutien, car l’immobilier jouera un rôle capital dans le rebond économique et social du pays souligne Julien Denormandie. En France, plus de 2 millions de personnes travaillent dans ce secteur d’activité. L’immobilier, c’est quelque chose d’essentiel dans notre quotidien. Au moment du rebond, le Ministre l’affirme : il jouera un rôle central.

Retrouvez l’entretien avec Julien Denormandie dans son intégralité en cliquant ici !

Nous vous invitons également à retrouver nos articles sur le sujet : 
Etude Observatoire du Moral Immobilier – avril 2020
– Vidéo de Séverine Amate sur l’analyse de l’Observatoire du Moral Immobilier du 7 avril 2020

VIDEO : les porteurs de projet immobilier face au Covid-19 et au confinement

Le Groupe SeLoger vous propose une analyse exclusive en vidéo des conséquences de la crise sanitaire du confinement sur la psychologie des porteurs de projet immobilier.

Retrouvez l’intervention de Séverine Amate, Directrice Relations Médias & Publiques au sein du Groupe SeLoger, dans laquelle nous vous éclairons sur les faits saillants de notre dernier Observatoire du Moral Immobilier (vague du 7 avril 2020).


Nous vous invitons également à retrouver nos articles sur le sujet :

Etude Observatoire du Moral Immobilier, avril 2020
Interview de Julien Denormandie, Ministre de la Ville et du Logement du 5 mai 2020

 

ETUDE EXCLUSIVE : les impacts du Covid-19 et du confinement sur les porteurs de projet

En exclusivité, le Groupe SeLoger vous propose de découvrir les résultats de son étude, l’Observatoire du Moral Immobilier, lancée le 7 avril dernier.

Sur quoi porte cette étude ?

Cette étude, menée auprès de porteurs de projet immobilier (acquéreurs et vendeurs, mais également locataires, investisseurs et bailleurs), vous donne un éclairage complet sur la psychologie de ces derniers face à l’épidémie de Covid-19 et au confinement.

Dans quel état d’esprit se trouvent-ils ? Demeurent-ils confiants – ou au contraire pessimistes, face à cette situation ? 

Autant de questions auxquelles nous avons souhaiter répondre, afin de vous éclairer, professionnels de l’immobilier, sur le ressenti de vos clients et clients potentiels et vous accompagner au mieux dans la phase de reprise de votre activité.

 

Retrouvez cette étude en intégralité
en cliquant ici ! !

 

Nous vous invitons également à retrouver nos articles sur le sujet :

– Vidéo de Séverine Amate sur l’analyse de l’Observatoire du Moral Immobilier du 7 avril 2020
– Interview de Julien Denormandie, Ministre de la Ville et du Logement du 5 mai 2020

Choisissez votre activité :

Immobilier
Ancien
Immobilier
Luxe
Immobilier
Entreprise
Immobilier
Neuf
Immobilier
Construction