Crédits Immo : tout ce qu’il faut savoir sur leur évolution !

Proches du burn-out au début de l’été, les banques avaient fermé les vannes du crédit immobilier en remontant leurs taux. Depuis début octobre, la situation s’améliore. Avec toutefois un gros bémol : seuls sont acceptés les dossiers « faciles », avec apport. Dans ce contexte, que nous réserve 2016?

Les taux se stabilisent-ils ? Dois-je m’attendre à une nouvelle baisse ? Et si les taux restent très attractifs – on emprunte actuellement à moins de 2% sur 15 ans et à 2,50% sur 25 ans – puis-je en profiter ? Vos clients s’interrogent. « Cet été, les banques ont fermé les robinets du crédit. Mais depuis début octobre, les vannes se rouvrent peu à peu. Si les taux ne sont plus au niveau du mois d’avril ou de mai, ils sont toujours très bas. Il y un an, on aurait rêvé de ces taux-là.», commente Frank Levy, Directeur Général du Groupe ACE Crédit.

Les banques font la fine bouche

Dès le mois de juin, les établissements bancaires avaient atteint leurs objectifs. Submergés au début de l’été par les demandes de crédits et de renégociations de prêts, ils ont même frôlé le burn-out, avec des délais d’accord souvent très longs. Conséquence mécanique, certaines ont remonté leurs taux pour réguler les flux. « Aujourd’hui, les banques réajustent leurs taux. Mais surtout en faveur des profils dits « autoroute » : des clients traditionnels, en couple et CDI, avec un peu d’apport, un peu d’ancienneté professionnelle. En clair, le profil lambda, le dossier facile, reprend Frank Levy. Elles choisissent leurs clients. Or, il y a fort à parier qu’elles vont continuer d’être regardantes sur les profils, jusqu’à ce que les nouveaux objectifs soient déterminés. »

Comment conseiller vos clients?

Vous avez en face de vous des candidats à l’acquisition qui n’ont pas bouclé leur financement ? Pour éviter les déconvenues, sensibilisez-les aux exigences des établissements financiers. « Pour séduire la banque et obtenir un prêt immobilier d’ici la fin de l’année, les clients doivent disposer d’un dossier bien ficelé : un relevé de compte et un taux d’endettement cohérents, sans découvert ni commission d’intervention, un compte propre. Et s’il y a eu des accidents, mieux vaut avoir de bonnes explications, insiste Frank Levy. Pour montrer patte blanche auprès des banquiers, vos clients doivent disposer d’un apport personnel compris entre 5% et 10% du montant de l’opération. L’époque du « on finance tout, frais de notaire compris » est pour l’instant révolue ».

Quid de 2016?

Les dépôts d’épargne étant très faibles, les banques gagnent de l’argent sur les prêts immobiliers. Une fois leurs objectifs connus pour 2016, les banques repartiront à la conquête de leurs clients. Avec quelle conséquence sur l’évolution des taux ? « Les taux de crédit restent bas, conclue Frank Levy. Il n’y a pas d’indice, du type politique américaine, qui laisse envisager une remontée. Donc, dès l’année prochaine, les banques vont certainement réajuster les barèmes ! S’il n’y a pas de baisse, il faut au pire s’attendre à une stabilisation. » La situation devrait donc se détendre.

Choisissez votre activité :

Immobilier
Ancien
Immobilier
Luxe
Immobilier
Entreprise
Immobilier
Neuf
Immobilier
Construction