Agent immobilier : pourquoi intégrer un réseau ?

 

Si vous envisagez de vous lancer comme agent immobilier, vous vous êtes sûrement demandé si vous deviez rejoindre un réseau national ou local. Les agents immobiliers indépendants ayant déjà des clients peuvent aussi se poser la question. Les avantages d’un réseau sont nombreux, mais il existe également des inconvénients.

 

Les caractéristiques d’un réseau d’agences immobilières

Les agences qui appartiennent à un réseau sont pour la plupart sous le statut de la franchise. L’agent immobilier paie donc un droit pour utiliser le nom commercial et les outils du réseau. Selon l’Observatoire de la franchise, le prix moyen est de 25 000 € (1) et un apport personnel est souvent demandé. Les franchisés représentent un quart des agences immobilières en France (2).

 

Les avantages à intégrer un réseau pour un agent immobilier

Il existe différentes formes d’avantages relatifs à l’intégration d’un réseau d’agences immobilières.


Le soutien technique

L’un des avantages est technique : l’agent immobilier qui fait partie d’un réseau peut bénéficier de toute l’infrastructure opérationnelle mise en place par l’enseigne. Il s’agit par exemple du logiciel immobilier, de facturation ou de comptabilité.

Vous allez aussi gagner du temps en ayant accès à des documents types qui seront toujours actualisés et sécurisés juridiquement (2).

 

Le bénéfice en terme d’image

Le deuxième avantage réside dans la communication et le marketing. L’agent franchisé bénéficie de tous les outils développés par la maison mère :
– ses campagnes de publicité ;
– l’accès à un site internet national ;
– des tarifs préférentiels sur les portails d’annonces immobilières.

Dès votre lancement, vous capitalisez sur la notoriété et l’image de marque de votre franchise. Vous profitez également d’une garantie de solidité, de confiance et de sérieux liée à votre enseigne.

 

La certitude d’être bien entouré

Le fait d’être dans un réseau vous permet aussi de ne pas être seul. Vous avez accès à des formations pour développer vos compétences.

Vous pouvez également compter sur le support juridique ou informatique en cas de besoin. Ces outils vont vous faire gagner du temps, notamment sur la recherche de biens et l’accès à l’information.

Enfin, la plupart des réseaux proposent des modalités de partage des mandats afin de faire circuler les offres et augmenter les chances de conclure une affaire. Cette possibilité est particulièrement intéressante dans les secteurs où le marché est tendu. Vos concurrents deviennent des collègues et l’échange d’informations permet à tout le monde d’être gagnant.

 

Le réseau immobilier : des inconvénients à prendre en compte

Intégrer un réseau d’agents immobiliers comporte aussi des contraintes qu’il ne faut pas négliger.

 

L’aspect financier

La première est l’investissement, qui reste assez lourd, surtout si vous vous lancez. La plupart des réseaux demandent un apport personnel à l’installation. Ensuite, vous devrez payer un droit de franchise. Enfin, une commission est à payer au réseau sur chaque vente effectuée, ceci en rémunération de l’assistance apportée.

Il faut générer un chiffre d’affaires suffisamment important pour rentabiliser l’intégration au réseau immobilier, mais de nombreuses enseignes font évoluer le pourcentage en fonction du volume de transaction (1).

 

La nécessité de s’adapter au fonctionnement de la maison mère

Lorsque vous intégrez un réseau de franchise immobilière, vous acceptez d’adopter les principes et le fonctionnement imposé par l’enseigne :
– l’identité et la communication ;
– le marché et la cible ;
– les méthodes de vente et les objectifs à atteindre.

Pour certains agents immobiliers, pouvoir choisir ces différents paramètres est important. Cela peut aussi dépendre du secteur dans lequel vous allez opérer. Certains réseaux ciblent plutôt une clientèle aisée, d’autres des acquéreurs de résidences secondaires ou encore des investisseurs locatifs. Enfin, les structures franchisées sont généralement plus importantes, tandis que les agences indépendantes sont plus familiales et de petite taille (5 à 6 personnes).

Intégrer un réseau d’agences immobilières est souvent une bonne solution pour débuter, car vous bénéficierez de la notoriété et des outils de l’enseigne. Cependant, cette décision nécessite un certain investissement financier et d’accepter de suivre le fonctionnement de l’enseigne.

 

Les trois points clés à retenir :
– Les réseaux d’agences immobilières représentent un quart des agences en France.
– Intégrer un réseau pour un agent immobilier lui permet de bénéficier d’outils performants, d’une notoriété forte et d’un support efficace.
– En contrepartie, intégrer un tel réseau nécessite un investissement financier et de faire l’impasse sur des méthodes plus personnelles. 

 

 

 

(1) https://www.observatoiredelafranchise.fr/ouvrir-magasin/franchise-agence-immobiliere-immobilier.htm

(2) https://seloger-preprod2.krealid.com/business/integrer-un-reseau-immobilier-les-avantages-et-les-inconvenients%E2%80%89/

Franchise immobilière : quels sont les impacts comptables à prendre en compte ?

Pour un jeune agent immobilier, l’affiliation à un réseau constitue dans bien des cas une solution très tentante. Support et notoriété lui permettent de démarrer du bon pied dans la profession. Néanmoins, cette affiliation n’est pas sans impacts comptables, qu’il faut savoir prendre en compte. Petit focus au point de vue comptable de la franchise, pour vous aider à mener votre affiliation dans les meilleures conditions.

La franchise a un coût

Bénéficier d’une notoriété acquise de longue date par le réseau de franchise, de sa puissance publicitaire, de sa force collective, de son support technique et de moyens de développement n’est évidemment pas gratuit. Devenir franchisé induit un certain nombre de coûts devant évidemment être pris en compte. Il s’agit bien évidemment d’en analyser les montants, variables d’une franchise à l’autre, mais aussi de voir comment les gérer au plan comptable.

Bon à savoir :

Pour financer un projet d’affiliation à une franchise, les banques exigent un apport personnel au moins égal à 33 % de l’investissement global.

Analyse poste par poste de cette gestion comptable

Le droit d’entrée :

Il s’établit le plus souvent entre 20 000 et 150 000 €, selon l’importance du franchiseur. Cette redevance initiale est amortissable sur la durée du contrat de franchise, qui s’établit généralement à 5 ans. Au plan comptable, cet actif issu d’un droit contractuel est à considérer comme une immobilisation incorporelle, c’est-à-dire un actif de l’entreprise qui n’a ni substance physique ni réalités monétaires. Au plan fiscal, le droit d’entrée est déductible du résultat et la TVA est récupérable.

Bon à savoir :

À chaque clôture de bilan, il est opportun de s’interroger sur une éventuelle dépréciation de la valeur de l’actif que représente le droit d’entrée. Il peut avoir été altéré par la situation du franchiseur ou un changement de législation. Vous pouvez faire effectuer par votre comptable un test de perte de valeur.

Les frais de formation :

Ils sont dus au moment de la signature du contrat. Ils peuvent être comptabilisés soit en immobilisation, au même titre que le droit d’entrée, soit en tant que charges intégrées globalement dans le premier exercice. Au plan fiscal, les frais de formation sont donc déductibles du résultat et la TVA est récupérable. Le choix de l’option la plus avantageuse, — immobilisation ou charges — s’effectue avec le comptable au moment de la préparation de ce dernier. Il est donc important de demander au franchiseur de bien distinguer sur sa facture droit d’entrée et frais de formation, voire de demander deux factures séparées.

Les royalties, ou redevance :

Cette part du chiffre d’affaires reversée au franchiseur est enregistrée en charge de l’exercice, dans un compte du plan comptable 651000 (redevances concessions). Ce dernier peut être ajusté en fin d’exercice. Ces royalties, ou cette redevance si l’on préfère ce terme, sont déductibles du résultat fiscal et la TVA qui y est associée est récupérable.

Les frais publicitaires :

Le franchisé est aussi facturé au titre de la participation aux dépenses publicitaires. Là encore, au plan comptable, cette dernière s’enregistre en charge de l’exercice dans un compte 651000 et peut être ajustée en fin d’exercice. La TVA associée à ces frais publicitaires est récupérable.

Notre conseil

Spécialiste de l’immobilier en ouvrant votre agence, vous devez aussi posséder ou acquérir un minimum de connaissances en matière de comptabilité. Au-delà des bilans réalisés par votre comptable, ce verni de comptabilité vous permettra d’appréhender vos choix dans la globalité de leurs effets. Se franchiser peut être une solution très judicieuse, pour peu que cette affiliation s’effectue dans de bonnes conditions financières et comptables.

Comme vous pouvez le constater, les coûts de l’affiliation relèvent d’une gestion comptable bien précise.
Lors de l’élaboration de votre projet, sachez vous faire assister par un expert pour simuler ce que pourraient être vos premières années d’exercice et estimer de manière réaliste votre fonds de roulement. C’est en effet ce dernier qui vous permettra de tenir le temps que votre chiffre d’affaires se mette en place. La pérennité de votre projet vaut bien une petite analyse comptable prospective !

Choisissez votre activité :

Immobilier
Ancien
Immobilier
Luxe
Immobilier
Entreprise
Immobilier
Neuf
Immobilier
Construction